Bonjour les ami(e)s,

« Il » m’a encore appelé ! Oui, ce matin, sur les coups de 5h00, et notre conversation vient tout juste de se terminer . Il faudra que je lui parle des fuseaux horaires au copain . « Il », c’est bien sûr mon ami le kamarade démocratiquement élu par lui-même avec 100% des voix . J’ai nommé Kim Jong Un, Président à vie du pays du matin calme, la Corée du Nord, dont je vous ai déjà parlé . Si la conversation a été aussi longue, il est actuellement 11h26, c’est qu’il a fallu passer par son service de contre-espionnage, puis par un interprète . Mais voici la teneur de notre conversation, que je vous livre telle qu’elle s’est déroulée :

  • Bonjour, mon ami du plus beau pays du monde après le mien .
  • Bonjour, mon ami kamarade . Que me vaut cet appel si matinal ?
  • Pardonne-moi de te réveiller, mais j’ai besoin de ton aide précieuse, car il y va de la sécurité de l’Etat !
  • Bigre, dis-moi tout, mon cher, je suis impatient .
  • Comme tu le sais, je suis amateur de ball trap . Mais il se trouve que l’appareil qui lance les plateaux est tombé en panne, et à cause de l’embargo de ces chiens d’Impérialistes, je n’ai pas les pièces de rechange . D’où mon inquiétude quant à la pratique de mon sport favori . Mais l’un de mes généraux m’a parlé d’un homme habitant un pays bizarroïde qui pouvait faire office de machine à lancer . J’en ai conclu que le pays en question était le tien et j’ai donc besoin de ton aide .

Je vous rappelle qu’à ce moment-là, il est précisément 5h12 du matin, et que mon cerveau est mis à rude épreuve . Après un court instant de réflexion, je lui dis :

  • Ah, cher Kamarade, à mon avis, tu dois vouloir parler de Chiquito de Cambo, Joseph Apeztegi (prononcer Apesteguy) de son vrai nom . Un colosse pour l’époque : 1,95 m et 90 kg ! Il fut champion du monde de pelote à main nue à 17 ans . Puis, il se lança dans le jeu à chistéra et là également il fut plusieurs fois champion du monde . Durant la guerre 14-18, il se fait remarquer comme lanceur de grenade dans les tranchées (où la légende veut qu'il utilise son chistera pour lancer ses grenades, rendant ainsi sa distance de lancé bien plus importante qu'à main nue), où il est blessé et cité plusieurs fois à l'ordre de l'armée. Après la guerre, il reprit ses exploits et disputa pas loin de 3000 parties, toutes gagnées .
  • Oui, c’est bien d’un tel homme dont on m’a parlé . Je l’embauche immédiatement, tous frais payés et salaire conséquent . J’exige de le voir la semaine prochaine .
  • Heu, il y a un problème, mon cher Kamarade, Chiquito est dédédé en 1950 .

Certainement fort déçu, il me raccrocha au nez, le goujat !

 

Mais puisque l’on parle de pelote Basque, voici un petit historique tiré de la Fédération Française de Pelote Basque :

La main nue

Il s’agit du premier sport de pelote qui est né avant tout sur les frontons, puis qui a évolué dans les structures couvertes (trinquet, mur à gauche).

Comme son nom l’indique, cette spécialité ne fait appel à aucun instrument puisque les joueurs renvoient la balle uniquement à l’aide de leurs mains nues. Cela nécessite d’ailleurs plusieurs années d’apprentissage, afin d’habituer les mains à la dureté des pelotes.

Une partie oppose soit deux joueurs (tête à tête), soit deux équipes de deux joueurs (un avant et un arrière

Par la suite, au fil du temps, des ustensiles furent ajoutés, et l’on nomme ces jeux « spécialités » . La plus ancienne est le Pasaka (prononcer pachaka) .

C’est une des spécialités les plus anciennes de la pelote qui est directement dérivée du jeu de paume et qui est pratiquée aujourd’hui uniquement dans le Pays Basque.

Le Pasaka se joue en trinquet, dans lequel on tend un filet, et les deux équipes de deux joueurs s’affrontent en face-à-face, un gant de cuir à la main. 

La Cesta Punta

C’est la déclinaison du grand chistera en mur à gauche avec une pelote plus vive et plus rapide. C’est la discipline internationale la plus connue, spectaculaire, rapide. La balle peut atteindre les 300 km/h. C'est donc le jeu de balle le plus rapide du monde.

Elle oppose deux équipes composées d’un avant et d’un arrière.

Il y a également d’autres spécialités (pala, rebot, ...) que je vous invite à découvrir si vous passez par le Pays Basque .

 

Une infaux capitale à présent, tirée de l'excellent site : http://sud-ou-est.fr :

La NASA annonce avoir découvert la présence d’eau liquide dans les Landes (40)

landeau

« Ah bé moi, j’en ai jamais vu, et encore moins bu, hilh de clouque ! ». Jordan Pélanne, à l’instar des autres habitués du bar-tabac “Le Congo et la Mouquère” de Saint-Julien-en-Born (40), est resté pantois à l’annonce de la découverte de la NASA, hier au soir.

L’organisme scientifique américain, dans un communiqué officiel, a annoncé en effet avoir découvert pour la première fois la présence d’eau à l’état liquide dans un petit coin perdu de la Haute Lande, aux alentours de Mimizan. Montgomery Scott, ingénieur en chef de l’office américain, apporte les précisions suivantes : « C’est grâce à un satellite qui passait au zénith de cette contrée sauvage que nous avons fait cette découverte étonnante, à proximité de la Maloueyre pour être tout à fait précis. Nous connaissions les rapports complexes, ou plutôt l’absence de rapport que les Landais entretiennent avec ce composé d’hydrogène et d’oxygène (la composition moléculaire de l’eau est H2O, NDLR), et pourtant, aucun doute n’est aujourd’hui possible : il y a bien de l’eau, liquide, dans ce département français ».

En émoi, beaucoup d’autochtones sous le choc auraient trouvé refuge dans les débits de boissons locaux, qui ont connu hier soir une fréquentation plus forte qu’à l’accoutumée. Les discussions allaient bon train quant à cette découverte, qui remet en cause profondément nombre de nos présupposés sur l’histoire de nos populations. Une expédition sera organisée sous peu par une équipe de scientifiques, pour aller voir sur place à quoi ressemble cette molécule jusqu’alors inconnue.

Quelques blagues :

* De bon matin un gamin est en train de faire pipi contre les volets bleus d’une maison tout en sifflotant .

A ce moment là le propriétaire ouvre sa fenêtre et surprend le gamin sur le fait. Le Monsieur en colère réprimande le petit et lui dit :
– Dis-donc petit ! Tu vas arrêter ? Ça te plairait si je pissais contre tes volets de ta maison ?

Le petit sans se décontenancer lui répond :
– Oh, et ben oui, m’sieur ! Tout le quartier serait en admiration : j’habite au douzième !

* Intrigué par « Le Jardin des délices » qui est en fait le bordel de la ville, un petit garçon demande à son père :
– Papa, c’est quoi « Le Jardin des délices » ?
– Heu… C’est une crêperie ! Mais comme elle est très chère, c’est pour les grandes personnes.

Le lendemain, en douce, le petit garçon casse sa tirelire et va sonner à la porte du « Jardin des délices ».
– Qu’est-ce que tu veux, mon petit bonhomme ? lui demandent ces dames.
– On m’a dit que vous faites de bonnes crêpes. J’ai des sous, je peux payer !

Attendries, elles l’installent dans un petit salon et courent à la cuisine lui faire des crêpes.

Le soir, le petit garçon dit à son père :
– Tu sais, papa, je suis allé au « Jardin des délices ».
– Quoi ? tu as fait ça ?
– Oui. Je m’en suis tapé quatre. La première était un peu mollassonne, mais la deuxième et la troisième étaient vraiment bonnes, chaudes et tout ! La quatrième, ça commençait à faire beaucoup, j’ai pas réussi à finir…

* Une vieille petite dame marche sur le trottoir tirant deux sacs poubelle. Tout à coup, un des sacs se déchire et laisse sortir des billets de 5 euros…

Remarquant cela, un policier l’arrête et lui dit :
– Madame, il y a des billets de 5 euros qui sortent de votre sac.

– oh vraiment ? Je dois retourner et voir si je peux retrouver les autres que j’ai perdus. Merci de me l’avoir signalé, dit la vieille dame.

– Un instant, madame pas si vite, dit le policier. D’où vient cet argent ?

– oh non ! répond la petite vieille. Ma cour arrière est près d’un stade de football et durant les parties, quelques fans viennent pisser à travers la clôture de mon jardin de fleurs.
Alors ce que je fais, je me tiens près de la clôture avec une paire de sécateurs et à chaque fois qu’un gars sort son attirail pour pisser, je lui dis que «c’est 5 euros ou je la coupe».”

Le policier ajoute en riant :
– C’est bien normal, et lui souhaite bonne chance.

Mais avant de continuer son chemin il lui demande :
– Et dans l’autre sac qu’est ce qu’il y a ?

– Vous savez, dit la petite vieille, tout le monde ne paie pas…!!!

La pensée de la semaine :

A la naissance je pesais quatre kilos et aujourd'hui je voudrais bien les perdre. Jean-Marie Gourio

 

11217537 927420000679109 5106427139947900667 n

12166407 1509347469380718 51934992 n

11026240 10207041471022427 13210135030744148 n

 

A bientôt les ami(e)s

 

J.M .

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.