Bonjour les ami(e)s .

Je vous ai réservé une énorme page aujourd'hui . C'est qu'il y a de quoi ! Par contre, je voulais la faire en plusieurs parties, mais finalement, j'ai renoncé, préférant vous livrer la totalité de l'article que j'ai trouvé dans la presse, et qui bien entendu est passé totalement inaperçu . Mais vous me connaissez, depuis le temps ? Je suis toujours à l'affût de ce qui croustille . Voici donc ma trouvaille .

Faire des économies ? Facile !

L’Etat veut faire des économies depuis longtemps . Louable intention . Sauf que jusqu’à présent, c’est sur notre dos qu’il les fait, ses économies, avec des taxes en tout genre qui ne disent pas leur nom . Et puis il supprime des postes importants dans l’éducation, l’armée, la police, les administrations . Et dès qu’un problème survient, il crie au loup . Ne vous méprenez pas, quand je parle d’Etat, je veux dire l’énorme machine qui nous dirige, sans parler des hommes .

Donc, pour faire de vraies économies, nos chers dirigeants n’ont qu’à lire l’excellent article paru dans le journal Sud-Ouest du 6 décembre dernier, lui-même tiré du livre « Rentiers d'État », d'Yvan Stefanovitch, Éditions du Moment . Mais que disait donc cet article ? Je vais vous en livrer quelques passages, mais je vous préviens, c’est assez long . Vous verrez, vous allez adorer .

Gel des suppressions de postes dans l'armée. Embauches massives dans la police et la justice. Les attentats du 13 novembre ont quelque peu adouci l'addition mais sans inverser la tendance. Plombé par les déficits et une croissance en berne, l'État devrait continuer à tailler dans ses effectifs. Mais rien ne dit que les 22 000 hauts fonctionnaires qui composent l'élite politico-administrative du pays cotiseront. Jusqu'à présent, ils ont presque toujours échappé au couperet.

Dans une République qui se veut irréprochable ou exemplaire, il y aurait pourtant du « grain à moudre ». La troupe des « hauts fonctionnaires débordés » qui travaillent peu ou pas du tout, par choix ou parce qu'on ne leur donne rien à faire, parasite tous les grands corps de l'administration.

Nominations politiques

Ambassadeurs au placard, préfets sans affectation, généraux de gendarmerie surnuméraires, inspecteurs généraux des finances, de l'Éducation nationale et des affaires sociales invisibles, conseillers d'État et à la Cour des comptes inactifs… Au terme d'une enquête inédite dans les coulisses de la monarchie républicaine, le journaliste d'investigation Yvan Stefanovitch a débusqué près de 500 emplois quasi fictifs en passant en revue un échantillon de 2 000 hauts fonctionnaires.

Souvent issus de l'ENA, ces rentiers d'État émargent entre 7 000 et 20 000 euros net par mois. Ils doivent leurs sinécures aux présidents de la République successifs qui ont usé et abusé de leur pouvoir discrétionnaire sous couvert, le plus souvent, de « tour extérieur ». Une procédure bien commode qui permet de s'affranchir des règles juridiques qui encadrent les nominations.

Les profils sont variés : élus recalés par le suffrage universel, collaborateurs et proches de ministres à qui l'on veut offrir une poire pour la soif en cas d'alternance, hauts fonctionnaires en surnombre dans leur administration… Certains s'incrustent et profitent de cette assurance-chômage.

Droits à la retraite conservés

Mais beaucoup ne sont que de passage. Le temps de rebondir dans un ministère ou une entreprise publique ou de retrouver un mandat électif, un peu à l'image de François Hollande dans les années 1980.

Pendant plusieurs années, l'actuel chef de l'État a été conseiller à la Cour des comptes, où on ne le croisait pratiquement jamais. Tout comme Marie-France Garaud, l'éminence grise de Georges Pompidou, qui venait seulement une fois par mois pour relever son courrier. « Un statut privilégié », reconnaîtra plus tard l'actuel président lorsqu'il évoquera cet emploi de complaisance. Au moment où il liquidera sa pension, il percevra 3 700 euros par mois. En quittant le corps où ils ont été nommés, les hauts fonctionnaires conservent leur droit à la retraite et à l'avancement s'ils y reviennent !

Le Conseil d'État, la plus haute juridiction administrative française, est aussi un havre prisé. Les écrivains mitterrandolâtres Erik Orsenna et Régis Debray, les ex-ministres chiraquiens Jean-François Mattei et Michel Barnier, les sarkozystes Arno Klarsfeld et Jeannette Bougrab ont goûté aux délices de ce parachutage garanti sans cadences infernales. En un an, Jeannette Bougrab (7 000 euros mensuels) n'a pas participé au rendu d'une seule décision.

Contrôleurs non contrôlés

Mais c'est sans doute au sein des grands corps de contrôle de l'État que les dérives sont les plus marquées. Vingt et un mois de présence épisodique à l'Inspection générale des finances permettent à l'ancien ministre de la Défense François Léotard de toucher une pension de 4 700 euros. Recasée à l'Inspection générale des affaires sociales en 2010, Fadela Amara, fondatrice de Ni putes ni soumises, demeure invisible. « 25 % des 94 inspecteurs en activité se contentent de signer des rapports qu'ils ne lisent pas pour la plupart d'entre-eux », raconte Yvan Stefanovitch.

Les nominés ne disposent pas toujours des compétences pour remplir leurs missions. À l'image de certains des 20 privilégiés propulsés entre 2007 et 2012 par Nicolas Sarkozy à l'Inspection générale de l'Éducation nationale (IGPN), l'un des plus jolis fromages de la République. L'an dernier, Jean Germain, le maire PS de Tours, avait été dépeint au moment de son suicide comme un « élu dévoué au bien public ». En exhumant les archives de l'IGPN, la Cour des comptes n'a retrouvé aucune trace d'un quelconque travail pour l'institution alors qu'il y a passé dix-huit ans.

Un autocar de képis étoilés

Et que dire de la sarabande des képis étoilés. « En 1962, les généraux de gendarmerie pouvaient tenir dans une R4. Aujourd'hui, il faut un autocar pour les transporter », ironise Yvan Stefanovitch. Rien ne justifie cette pluie d'étoiles qui n'en finit pas d'étirer la pyramide des grades.

Point besoin d'être grand clerc pour comprendre que la diminution du nombre des régions, sur lesquelles se calqueront sans doute les entités de gendarmerie, remplira les placards d'officiers absolument débordés.

Emplois fictifs

Les relations consanguines entre la haute administration et la classe politique nourrissent de véritables viviers d'emplois fictifs. Au sein de la préfectorale (lire ci-dessus) mais aussi dans les rangs d'un corps diplomatique pléthorique. Faute d'affectation, plusieurs dizaines d'ambassadeurs se tournent les pouces chez eux.

Le trop-plein a été entretenu par la création des ambassadeurs thématiques, une idée de Jacques Chirac qui permet de récompenser des obligés en leur conférant des titres improbables. Ils sont au nombre d'une vingtaine. Âgé de 85 ans, l'ancien président du Conseil régional d'Aquitaine Jacques Valade est depuis 2008 chargé de la coopération décentralisée avec l'Asie. Un hochet décroché après une intervention d'Alain Juppé en échange de son renoncement à se présenter aux sénatoriales.

« Il faudrait rendre inéligibles les hauts fonctionnaires, les obliger à choisir entre l'administration et la politique mais surtout profondément réformer le statut de la fonction publique », observe Yvan Stefanovitch. Aujourd'hui, il autorise tous les coups de canif à l'éthique. À l'instar de celui qui a permis à Nicolas Sarkozy de nommer Jean-Christophe Le Duigou, ancien numéro 2 de la CGT, conservateur des hypothèques. Une fonction que l'intéressé n'a jamais exercée mais à laquelle est attachée une retraite de 3 270 euros par mois.

Réponse de Périco Légasse, chroniqueur gastronomique, à Manuel Valls à propos de la guerre civile .

Avant que vous ne lisiez lire cet autre article, je précise que je n'ai aucune sympathie particulière pour le Front National, mais je tiens à ce que les vérités soient dites .

Article paru dans le Figaro Premium du 12 décembre

Manuel Valls a parlé ce matin de guerre civile?

Un peu facile de crier au loup pour sauver les meubles et de prédire le pire pour remonter dans les sondages. Faire peur, en appeler à la panique nationale, quitte à mentir un peu et à trahir beaucoup, pour détourner la colère populaire, c'est la base même du fascisme. Quelle est la politique qui peut aujourd'hui conduire à la guerre civile? Qui est au pouvoir depuis 40 ans en général et 4 ans en particulier et nous a conduit à la situation actuelle? Qui s'est essuyé les pieds sur le référendum de 2005 quand 55% des Français avaient voté non à un traité constitutionnel mettant l'Europe sous l'emprise de Goldman Sachs et des marchés financiers dirigés depuis Wall Street? Qui a réduit l'école de la République à une machine à fabriquer des analphabètes? Qui a maintenu la suppression du service national pour que l'on ne mesure pas concrètement le niveau d'ignorance de la jeunesse? Qui a éradiqué la classe paysanne en laissant un syndicat agricole transformer nos campagnes en usines? Qui a installé sur tout le territoire des cités ghettos où l'en entasse l'immigré pour qu'il ne s'émancipe pas et devienne de la main d'oeuvre bon marché pour le patronat? Qui a autorisé les grandes surfaces à coloniser les grandes agglomérations et à s'emparer de 90% du marché de la consommation en étranglant les petits producteurs et les artisans créateurs d'emploi? Qui a autorisé la grande distribution à s'installer dans les centre ville, avec la bénédiction de M. Macron, pour éradiquer les derniers commerces de proximité?

On ne peut pas imputer tous ces échecs au seul premier ministre!

Qui avait dans ses rangs Jérôme Cahuzac au Ministère du budget? Qui appelle à voter pour les amis de Patrick Balkany et consorts au prix de la démission de ses militants? Qui fut si proche de Dominique Strauss Kahn en fermant, des années durant, les yeux et les oreilles sur des comportements indignes? Qui a supprimé les 60.000 places de prison qui devaient permettre à une population carcérale d'avoir des conditions moins inhumaines de détention pour ne pas transformer les cellules en école du crime? Qui a applaudi l'intervention en Libye avec les intellectuels de gauche pour faire de ce pays le futur Etat Islamique de l'Afrique du Nord? Qui au lendemain du 7 janvier a refusé de parler d'islamisme pour ne pas stigmatiser une religion? Qui après le 7 janvier a refusé de rétablir les contrôles aux frontières et dans les aéroports pour ne pas créer un climat d'insécurité? Qui au lendemain du 7 janvier a refusé d'intervenir dans les mosquées où des imams intégristes prêchent quotidiennement leur haine de la France? Qui s'acoquine et vend son âme contre les deniers du Qatar et de l'Arabie Saoudite? Qui refuse d'interpeller publiquement la Turquie à propos du pétrole de contrebande qui enrichit Daech? Qui a refusé de discuter avec la Russie pour étudier les moyens de combattre ensemble le terrorisme islamique? Qui a démantelé les services secrets au Ministère de l'Intérieur pour créer une cellule de statistique sur la baisse de la criminalité en France, empêchant des milliers de fonctionnaires compétents d'être sur le terrain? Qui n'a pas rétabli la police de proximité déconstruite par Sarkozy, seul instrument efficace de prévention contre la délinquance? Qui a laissé des lignes de bus du réseau nord de la RATP aux mains de militants islamistes? Qui durant le discours au Congrès de Versailles le 16 novembre n'a pas une seule fois utilisé le mot islamiste? Qui a promis une baisse assurée du chômage pourvu que l'on accepte de renoncer aux promesses électorales de la campagne présidentielle de 2012? Qui nous a vendu en grandes pompes une COP21 retentissante pour sauver le climat de la planète et qui va finir en flop magistral? Qui rackette les PME, les artisans, les commerçants avec le RSI? Qui saigne les classes moyennes avec une fiscalité qui appauvrit le pays et décrédibilise l'Etat? Qui, enfin, est entrain de négocier en douce et à l'insu des peuples le Traité transatlantique (TATFTA) qui veut mettre l'Europe à genoux devant le marché américain? Qui, qui, qui?

Vous balayez tout le spectre politique et géopolitique, il parlait en l'occurrence du Front National…

Qui veut la guerre civile? Celui qui s'accroche par tous les moyens à un pouvoir honni et discrédité ou 30% d'un électorat (+ 45% d'abstentionnistes) qui essaye de faire comprendre aux gouvernants de ce pays, qu'il n'en peut plus, qu'il n'en veut plus et qu'il est exaspéré d'avoir voté pour des menteurs et des tricheurs? Le meilleur moyen d'éviter la guerre civile, Monsieur le Premier Ministre, c'est de vous excuser d'avoir conduit ce grand pays là où il en est aujourd'hui et d'en tirer les conséquences politiques. Vous avez tout fait pour que cette partie du peuple Français en arrive à ce degré d'indignation et son égarement vous sert. Vous êtes le meilleur allié et le principal pourvoyeur en voix du Front National. Vous n'êtes pas habilité à donner des leçons de morale à ceux que vous avez jetés dans le désespoir. Silence Manuel! Et un peu de pudeur en ces heures difficiles. La guerre civile, c'est de votre discours dont elle se nourrit.

Le saviez-vous ?

La Semeuse


La Semeuse on avait l'habitude de la voir sur les francs (pour les plus vieux d'entre nous) et sur les timbres (pour les plus carte postale d'entre nous), et elle figure encore aujourd'hui sur certaines pièces d'euros françaises. Elle est la figure allégorique de la République française en marche et se coiffe elle aussi d'un bonnet phrygien. A la base elle fut créée pour une médaille du ministère de l'Agriculture en 1886, mais tout le monde trouva qu'elle avait tellement la classe qu'on a décidé de la garder.

La pensée du jour .

La mémoire, c'est du souvenir en conserve .

Pierre Dac .

Les blagues .

Bon, un peu d'humour à présent .

* Pourquoi faut-il toujours enlever ses lunettes lors d’un alcootest?

Car cela fait toujours deux verres en moins!!

 

* Dans un coin sombre, deux amoureux s’embrassent

.Des gamins les regardent.

L’un dit à l’autre:
- Vise un peu, il essaie de lui piquer son chewing-gum !

 

* Le petit chaperon rouge va voir sa grand-mère quand, tout à coup, elle aperçoit le grand méchant loup tapi derrière un buisson .
- Oh ! Comme vous avez de grands yeux, lui dit-elle .
Et le loup s’enfuit sans demander son reste …

Un peu plus loin sur son chemin, le petit chaperon rouge voit le même loup caché derrière un arbre :
- Oh ! Comme vous avez de grandes oreilles, lui dit-elle .
Et le loup de s’enfuir à nouveau .

Un peu intriguée par ce comportement, le petit chaperon rouge poursuit néanmoins son chemin .
Au bout de 2 km, elle revoit le loup, caché cette fois derrière une borne kilométrique .
- Oh ! Comme vous avez de grandes dents, lui dit-elle .
Alors le loup se met à hurler :
- Mais tu vas me laisser chier tranquille oui ?

 

* Une blonde entre dans un magasin de téléphones portables pour en acquérir un.

- Bonjour, je voudrais un téléphone mobile.

Le vendeur lui demande :
- SFR ?

La blonde répond sur un ton agacé :
- Non, mais elle va apprendre, elle est pas plus conne qu’une autre !!!

 

* Trois amis prennent une pause dans la cafétéria de l’entreprise.
Ils discutent de la bêtise humaine en général et de la stupidité de leurs épouses respectives en particulier.

Le premier remarque:
- Les femmes sont surtout idiotes lorsqu’elles font du shopping. Elles croient au Père Noël.
Tenez ma femme a acheté une robe de haute couture à 3000 euros et elle ne peut même pas rentrer dedans.

Le second explique:
- Moi, ma femme vient d’acheter un coupé Mercédes et elle a négligé un détail, c’est qu’elle n’a pas encore le permis de conduire…

Le troisième surenchérit:
- La mienne est sans nul doute la plus stupide des femmes ; elle a acheté une boite de 100 préservatifs avant de partir en vacances au Mexique et je ne viens même pas avec elle…

 

 

Les images .

12347620 930174453737462 1792119317130680267 n

 

11214200 1205308852818064 4975455511879410049 n

 

10376735 4731578103103 5466882764785327328 n

 

11026240 10207041471022427 13210135030744148 n 1

 

 

Une infaux très importante .

Tiré de l'excellent site : http://sud-ou-est.fr

 

Blockhaus du Cap-Ferret (33) : Jawad BENDAOUD se serait porté acquéreur pour 500€ !

jawad

L’immobilier atypique n’aurait déjà plus de secret pour Jawad BENDAOUD, dont les placements jusqu’alors incertains ont amusé une France conquise par ses talents de bonimenteur, qui ont offert un peu de baume aux cœurs endoloris.

C’est depuis sa cellule que l’audacieux promoteur immobilier aurait fait part de son intérêt à son avocat, qui,contacté par Sud-ou-est.fr, nous rapporte les moments forts de cet entretien.

« Il convient d’abord de rappeler que mon client a été floué par la justice française », commence le ténor du barreau. « Au moment de l’envoyer en prison, le juge lui avait promis qu’il retrouverait la Santé. Or, on peut pas dire que ce soit la grande forme.

Néanmoins, le produit proposé par un particulier du Cap-Ferret et notamment le blindage qui empêche toute intrusion policière  malvenue présente un grand intérêt pour Jawad qui, visionnaire avant même la COP21, a toujours pris un soin particulier à bien isoler les chambres d’hôtes dont il avait la gérance ! Les économies d’énergie et la tranquillité de ses locataires ont toujours été une priorité ».

Reste cependant à surmonter le manque de moyens du mandataire improvisé, dont l’enchère modeste est encore un handicap.

 

A bientôt, les ami(e)s .

J.M .

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.